Sylvain Grisiglione : “Je suis quelqu’un de sportif, engagé, travailleur, et j’adore me frotter aux meilleurs”


Bonjour Sylvain, qui es-tu ?

Je suis âgé de 37 ans et je travaille comme comptable au sein de la société GGM RECYCLAGE dirigée par mon père. J’ai trois frères, dont un jumeau qui est responsable des seniors au sein du Riorges FC, et une sœur. Comme on dit, je suis tombé dans la marmite dès mon plus jeune âge car j’ai suivi régulièrement mon père et mes frères dans la pratique du football et dans le coaching. J’ai un réel engagement dans le monde associatif depuis mon adolescence, je passe quasiment tous mon temps libre au bord d’un terrain ou sur le banc de touche pour m’occuper d’une équipe, de jeunes ou de seniors. Je suis quelqu’un de sportif, engagé, travailleur et j’adore me frotter aux meilleurs, surtout en sport, pour essayer de toujours me surpasser.

De cette aventure, j’ai envie de retenir uniquement les supers moments passés pendant mon jeune âge avec une très bonne bande de copains

Tu as été joueur étant plus jeune ?

J’ai été joueur au sein d’un seul club, de débutant jusqu’à la catégorie senior, l’Olympique Le Coteau. Le début de ma carrière footballistique n’a pas été de tous repos car je ne faisais parti des plus doués, mais à force de travail, d’envie, d’abnégation et avec une grande motivation, j’ai réussi à avoir de bons moments de vie. De cette aventure, j’ai envie de retenir uniquement les supers moments passés pendant mon jeune âge avec une très bonne bande de copains, avec qui nous nous revoyons régulièrement pour se remémorer les belles anecdotes. Par exemple, nous avions réalisé un beau parcours en Coupe Gambardella, remporté un titre de Champion de la Loire L’apothéose, cette année 2000 où nous réalisons le triplé : une montée en Ligue, une première pour le club chez les jeunes ; une victoire finale en Coupe De La Loire, symbolique car 20 après nos parents si mes souvenirs sont bons ; et une victoire finale en Coupe du Roannais. Cela a été mémorable, surtout avec l’année du BAC où les révisions ont été un peu perturbée avec la fête qui suivie. D’ailleurs, lorsque l’on se retrouve, on continue de fêter tous ces trophées.
Mais comme on peut dire, toutes les belles histoires ont une fin, beaucoup plus difficile, surtout quand on s’est investi énormément dans la pratique. À partir du moment ou j’ai pris la décision de partir du club, je n’ai jamais vraiment repris la pratique dans un autre club même si on me l’a proposé.

Tu t’es ensuite tourné vers ce rôle d’entraîneur, qu’est-ce qui t’as motivé et quel est ton parcours ?

Je suis devenu éducateur dès l’âge de 16 ans, en prenant exemple sur mon entourage qui exerçait déjà (père, frères, oncles…) et tous naturellement, je me suis lancé dans cette aventure, et je n’ai jamais arrêter depuis. Je suis resté une dizaine d’année au sein de l’Olympique Le Coteau, où je me suis occupé des catégories en étant adjoint, puis en occupant le poste de responsable (U11 à U15). J’ai commencé à me former très rapidement en obtenant les différents diplômes d’éducateur, allants de l’Initiateur 1 jusqu’à l’Animateur sénior.

J’ai donc traversé le pont pour rejoindre le Roannais, qui offrait beaucoup d’opportunités dans l’évolution de ma petite carrière de coach et la possibilité de passer au niveau supérieur

Tu as ensuite quitté ton club de cœur pour une nouvelle aventure ?

Suite à des différences de vision et d’opinion sur les projets menés à l’époque de la création du Groupement de Jeune du Loire Nord FC avec le CSADN Foot et Roanne Foot pour le futur. J’ai donc traversé le pont pour rejoindre le Roannais, mais qui offrait beaucoup d’opportunité dans l’évolution de ma petite carrière de coach et la possibilité de passer au niveau supérieur avec l’obtention du Brevet d’Etat 1er degré il y a 8 ans. J’ai été ensuite responsable de catégorie pendant deux ans des U19 Ligue, où j’ai obtenu pour le moment les meilleurs moments de coaching. Un maintien acquis lors des dernières journées avec des effectifs compliqués, des finales de Coupe de la Loire, dont une victoire. Après, je me suis occupé des équipes réserves en U18 Excellence et U17 Excellence avec pour objectif premier de former les joueurs afin qu’ils puissent postuler aux équipes Ligues des catégories correspondantes. Même si le coaching n’est pas terminé pour moi, je retiens surtout comme fierté que, lorsque je croise des anciens joueurs qui ont été sous mes ordres, il y a toujours du respect, de l’entente cordiale et des souvenirs des bons moments passés. J’espère qu’avec cette troupe de U13 que je dirige cette saison, quand on se retrouvera plus tard, on pourra se dire qu’il y a eu encore beaucoup de bons moments passés.

Tu as acquis beaucoup d’expérience avec ces groupes entraînés, qu’est ce que cela t’as apporté dans ton approche du football aujourd’hui ?

J’ai acquis certes de l’expérience, depuis toutes ces années, mais j’ai encore beaucoup à découvrir. D’ailleurs, je sors encore de deux jours de formation pour développer mes aptitudes dans le domaine de la préparation physique et athlétique. Je continue aussi à prendre le temps de discuter avec tous les coachs que je croise pour toujours apprendre des nouvelles choses, et j’essaie de m’ouvrir à d’autres pratiques.

On a des joueurs volontaires, réceptifs, travailleurs et respectueux.

Tu diriges cette saison le groupe U13 Loire A, qui évolue au plus haut niveau départemental, quel est ton ressenti sur ces jeunes ?

Alors cette année, je suis responsable de l’ensemble de la catégorie U12-13 où il y a quatre groupes de pratiquants à différents niveaux (régional, départemental et roannais). C’est vrai que je suis régulièrement le groupe U13 évoluant au niveau régional, mais j’essaie régulièrement dès que j’ai un moment de libre d’aller voir tous les autres groupes pour suivre leur évolution. Mon ressenti sur ce groupe de 50 jeunes est très bon. On a des joueurs volontaires, réceptifs, travailleurs et respectueux. D’ailleurs, ce sont les critères principaux que nous souhaitons développer au niveau des jeunes garçons, et que nous recherchons dans notre parcours de sélection pour ouvrir nos portes aux futurs joueurs souhaitant nous rejoindre.

Quels sont les objectifs du groupe ?

Personnellement, mes objectifs sont simples. En premier, à chaque match, je souhaite gagner. Je souhaite également leur inculquer mon envie de travailler et de s’investir dans la pratique à tous niveau, et peu-être dans le coaching si je leur donne le bon exemple. Et bien évidemment, même s’il n’y a pas trop de compétitions officielles, je souhaite que les joueurs se comportent très bien en Coupe Pitch et représentent au mieux le club. Je souhaite, enfin, au niveau des joueurs, créer des personnes respectueuses, polies, et bons footballeurs. Je veux qu’ils prennent du plaisir dans la pratique et qu’ils puissent jouer au niveau qu’ils méritent, chez nous ou ailleurs.

J’espère que le public féminin nous fera confiance

Tu es également responsable de la section féminine du RF42 et entraîneur des seniors, où en est le projet ?

J’essaie depuis trois ans de donner l’envie à des jeunes filles de pratiquer le football. Sur le territoire roannais, c’est très difficile de les faire venir sur la pratique du football car il y a beaucoup d’autres sports à disposition. Il y a quand même un potentiel existant, très disséminé, mais très peu de structures pour les accueillir. Pour finir, à partir de notre expérience chez les garçons, j’espère que le public féminin nous fera confiance.

Qu’est ce qui te motive dans ce projet avec ces joueuses ?

Ma motivation première dans ce projet, c’est la création de nouvelles équipes, de donner l’envie de pratiquer ce sport aux jeunes filles. Et comme c’est tous nouveau, c’est le plaisir de voir des joueuses évoluer et progresser, souvent rapidement, dans la pratique. J’espère que j’apporterai encore toute mon expérience pour que les futurs joueuses continuent à progresser et qu’elles prennent du plaisir dans la pratique, sur et en dehors du terrain.

Je suis persuadé qu’il y a de la place pour tous le monde

Quels sont tes objectifs pour la section féminines dans les prochaines années ?

C’est de pérenniser, et d’essayer de développer la pratique au sein du club du RF42, car je suis persuadé qu’il y a de la place pour tous le monde sur le territoire du roannais. Et au niveau objectifs, ils sont les mêmes qu’avec les jeunes garçons de 13 ans, au niveau de la progression, du plaisir et du respect.